Le mystère de l’abbé Saunière

Le mystère de l’abbé Saunière

J’ai pris le temps de revenir seule à la grotte de Marie-Madeleine. Prendre le temps. Ressentir. Laisser faire. Je suis assise dans la grotte, le regard posé sur la végétation face à moi. Entre les branches des arbres, j’aperçois Rennes-le-Château et la tour Magdala que l’abbé Saunière a fait construire en hommage à Marie-Madeleine. L’exposition qu’il a donné à la tour, lui permettait de garder un œil sur la grotte. Quel est le secret qu’il a trouvé et qu’il a caché au travers d’une multitude d’indices disséminés ça et là, dans l’église, dans son domaine ? Qui étaient ces gens qu’il invitait chez lui, en quoi croyaient-ils, qu’elle était leur lecture du monde ? J’aime ces questions 😊😉 et toutes les énigmes qui tournent autour… Pour ma part, tout cela me renvoie autant en Grèce antique, en Inde, en Egypte, à la géométrie sacrée, aux Hellénistes, aux Esséniens, aux Pythagoriciens et à tant de connaissances aujourd’hui oubliées, ou dissimulées…Pourtant, personne ne cache rien. Ce chemin est un chemin personnel de connaissance de soi. A l’image de la maxime inscrite sur le fronton du temple d’Apollon à Delphes. “Connais-toi toi-même”. Toutes les réponses à nos questions nous apparaîtront au moment parfait. Les Grecs de l’époque de Pythagore et de l’école pythagoricienne, transmettaient des connaissances exotériques et des connaissances ésotériques. Les premières étaient transmises au plus grand nombre a travers la religion ou des rites, tandis que les secondes, par une lecture cachée ou une double interprétation étaient partagées avec des initiés minutieusement sélectionnés de par leur mode de vie et l’ensemble de leurs comportements. Ces connaissances ésotériques ne se transmettaient qu’à l’oral. Je me sens comme dans l’allégorie de la grotte de Platon… La Lumière et les couleurs de ce que je vois sont si belles…🙏💕🌈

Partager l'article

Laisser un commentaire

Fermer le menu

×
×

Panier